Le détenu fiché qui s'était enfui de la prison de Brest (Finistère) lors d'une extraction le 16 mai dernier, a été arrêté par des policiers espagnols à Saint-Sébastien.

Qui est le détenu ?

Le détenu fiché S pour radicalisation religieuse, qui s'est évadé de la prison de Brest, est un jeune homme de 21 ans prénommé Anthony Pondaven originaire de Landerneau, une commune située près de Brest. Le Breton était placé en détention provisoire depuis le 13 novembre 2017 pour "vol par escalade dans un entrepôt". En vue de son procès, sa détention devait se prolonger jusqu'en juillet.

Ce jeune délinquant multirécidiviste a déjà un casier judiciaire bien rempli lorsqu'il est incarcéré.

En effet, Anthony P. est à l'origine de 23 condamnations pour vols, dégradations, outrage, recels et conduite sans permis. Bien connu des services de police, le jeune homme n'a connu quasiment que le quartier des mineurs et la prison, puisqu'il a été incarcéré à plusieurs reprises à Brest et à Nantes. Encore plus surprenant, Anthony P. n'en est pas à sa première évasion. En 2014, il avait été condamné pour s'être échappé du "placement extérieur" et avait même pris le soin d'adresser une lettre à la directrice de la maison d'arrêt de Brest sur laquelle il avait ironiquement écrit "Je suis libre".

Si le jeune homme est effectivement fiché S par la DGSI en raison de sa radicalisation religieuse, il n'a pourtant jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d'apologie du terrorisme.

Anthony P. S'est radicalisé à cause de ses fréquentations en prison. Il portait la djellaba, s'était laissé pousser la barbe et faisait les prières chaque jour.

Comment s'est-il échappé de la prison ?

Le mercredi 16 mai, lors d'un transfert du détenu à l'hôpital Morvan à Brest pour des examens médicaux, Anthony P.

a réussi à s'enfuir. Des complices l'attendaient et le détenu a réussi à échapper à la surveillance des gardiens pour s'évader à bord d'une voiture. Il s'était mis à courir dès sa sortie du véhicule pénitentiaire pour rejoindre ses deux complices à bord d'une Peugeot 306.

Alors comment le détenu a-t-il pu prévenir ses acolytes ?

Une enquête a été ouverte pour tenter d'expliquer les circonstances de cette évasion. Les surveillants la prison de Brest ont retrouvé deux téléphones portables dans sa cellule qui ont pu aidé à prévenir ses complices.

Toutefois, la fuite d'Anthony P. a également été facilitée par plusieurs dysfonctionnements de la sécurité pénitentiaire. Le détenu a été prévenu de sa visite médicale la veille de son extraction, ce qui est contraire au règlement. En effet, Anthony P. aurait eu le temps de prévenir ses complices et organiser son évasion. Depuis le 16 mai, Anthony P. faisait l'objet d'un mandat d'arrêt diffusé en masse dans toute l'Europe.

Un des complices en garde à vue

Le conducteur de la voiture qui a aidé le détenu fiché S à s'enfuir s'est présenté de lui-même au commissariat dans l'après-midi du 16 mai 2018, soit quelques heures après l'évasion.

Le jeune homme de 20 ans placé en garde à vue avouera rapidement avoir déposé le détenu à Saint-Brieuc "en échange d'une somme d'argent". Il a été mis en examen, puis écroué pour complicité d'évasion.

Anthony P. arrêté en Espagne

Depuis son évasion, tous les moyens nécessaires ont été déployés pour retrouver la trace du fugitif. Dans la nuit de lundi à mardi, le détenu fiché S a été arrêté en Espagne. Anthony P. a été interpellé vers 1h40 à Saint-Sébastien par la police espagnole. Actuellement, c'est l'Ertzaintza, la police locale, qui détient le prisonnier en cavale. Elle a repéré Anthony Pondaven à proximité d'une auberge grâce au signalement et à la photo du détenu diffusés par la police française.

Le jeune homme devrait être présenté à un juge dans la journée en attendant de savoir s'il sera extrader en France.

Ne manquez pas notre page Facebook!