Dans la nuit de lundi à mardi, le détenu fiché S qui avait réussi à s'enfuir lors d'un transfert médical à l'hôpital Morvan à Brest a été interpellé par la police espagnole. Ouverte en 1991, la prison de Brest a connu plusieurs évasions ces 20 dernières années.

Évasions lors de stages ou d'hospitalisations

En juin 2002, deux jeunes détenus ont profité d'un moment d'inattention de leurs gardiens lors d'un stage de plongée pour s'enfuir. Quelques mois plus tard, en août, un détenu a tendu un piège à un gardien. A l'aide d'un morceau de verre et de ciseaux dissimulés dans ses semelles, le prisonnier a attaqué le surveillant.

Le détenu a été rapidement maîtrisé par la sécurité de la prison.

En 2004, un homme de 25 ans a simulé une fracture du doigt. Comme la procédure pénitentiaire le préconise, trois surveillants l'escortent jusqu'à l'hôpital. Mais arrivés sur le parking, trois individus armés et cagoulés les ont encerclé. Le détenu s'est échappé grâce à une voiture qui l'attendait et une course poursuite s'est engagée. Les fuyards ont finalement été retrouvés (en partie) par la police. Un an plus tard, un jeune homme s'est évadé pendant un stage d'équitation. Après 15 jours de cavale, le fugitif a été interpellé au domicile de sa petite amie.

Avril 2014, un détenuqui travaillait dans les cuisines de la prison de Brest a profité d'une porte d'entrée ouverte pour s'enfuir.

Trois mois plus tard, il a été retrouvé chez un ami. Un an plus tard, en avril 2015, un autre jeune homme, qui vivait mal sa détention, a été hospitalisé suite à une tentative de suicide. A l'hôpital, il était arrivé à démonter deux vitres avec une grosse cuillère ! Réfugié chez sa mère, il a été rapidement retrouvé par la police.

Ne manquez pas notre page Facebook!