Dans des centres commerciaux, le particulier achète des produits bon an mal an par jour, par semaine ou par mois. Cela dépend des ménages, mais tous connaissent-ils le nom des substances inconnues [VIDEO]parfois comprises dans leurs achats ?

De la chaîne du grossiste au magasin

Les agriculteurs produisent. Les magasins sont livrés par des grossistes qui commandent eux même mais où ? Comment ? L'évolution de la société en France fait que nous ne partons plus en cueillette ou à la chasse. Les nombreux hypermarchés propose à manger et à boire.

Ce que l'on souhaite sur le vif, par caprice, peut potentiellement y être. Nous ne respectons plus le cycle des saisons, mais mangeons. La provenance peut être très lointaine. Une origine exacte peut donc être un peu floue, voir non présente. C'est ce que l'on nomme la mondialisation alimentaire. Ainsi en France, les 2/3 des produits peuvent venir principalement de l'étranger. Les points de ravitaillement pour chaque pays peuvent également varier.

Avec ces produits bruts survient ensuite la transformation alimentaire : la préparation (conditionnement et conservation) et la fabrication d’aliments. Le conditionnement, c'est laver l'aliment pour pouvoir le vendre ensuite. La conservation, ce sont des techniques pour maintenir la comestibilité des aliments en les fumant, en les congelant ou en les mettant en boite de conserves. La fabrication quant à elle c'est créer de nouveaux aliments. Durant cette phase, le produit brut est modifié. Cela modifie ses caractéristiques physiques. Cela peut être transformer la farine en pain ou en gâteau pour petit déjeuner.

Les perturbateurs endocriniens

Pourquoi se met-on de plus en plus à vouloir faire des detox ? Les régimes alimentaires surveillés foisonnent par choix, ou par nécessité. En effet, nos produits comportent une liste de composants au sujet desquels on ignore la plupart du temps ce qu'ils pourraient provoquer, maintenant et sur le long terme. Il est conseillé d'éviter les bouteilles d'eau en plastiques.

Cependant il reste possible de privilégier les plastiques numéros 2, 4, 5. Le particulier pourrait-il devenir un analyste professionnel de tout ce que les entreprises vont potentiellement lui concocter ?

Ainsi même la mode pourrait être toxique, même les vernis à ongle, même la viande que l'on nous vent n'est pas que du boeuf. Pour résumer, ces "perturbateurs" peuvent être dans nos bonbons, plats cuisinés, jouets, dentifrices, parfums, déodorants, jambon, saucisses, édulcorant, charcuteries industrielles, gels douche, chewing-gums, maquillage en bref toute cette masse de produits industriels.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite