Depuis le malheureux événement qui s'est produit mardi soir à Strasbourg, nous vous avions annoncé que 720 policiers étaient à la recherche du tireur présumé, Chérif Chekatt. Hier soir, le jeune homme de 29 ans a été neutralisé par une patrouille dans le quartier du Neudorf.

Après plus de 4 heures de traque, le Ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est exprimé hier soir lors d'un bref point-presse, pour annoncer la mort de Chérif Chekatt. Des moyens particuliers avaient été mis en place [VIDEO] en ce début de soirée, notamment l'usage d'un hélicoptère chargé sur un secteur où le terroriste semblait être localisé”.

Publicité

Vers 21h, l'individu a été repéré au niveau du 74 rue du Lazaret par la brigade spécialisée de terrain composée de trois fonctionnaires de police nationale. Ils ont aperçu un individu qui déambulait sur la voie publique correspondant au signalement de la personne recherchée depuis mardi soir. “Au moment de cette interpellation pour l'arrêter, ce dernier s'est retourné faisant face aux fonctionnaires de police, en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté et ont neutralisé l'assaillant. Le procureur de Paris s'est ensuite rendu immédiatement sur les lieux pour confirmer l'identité du suspect.

La revendication de Daesh

Quelques heures après la mort de Chérif Chekatt, Daesh s'est empressé de revendiquer l'attentat. L'organisation terroriste a diffusé sur son agence de propagande A 'maq, un communiqué.

Une attaque menée par un soldat de l'état Islamique, dans la ville de Strasbourg, à l'est de la France, mardi soir, en réponse à l'appel de prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition”.

Publicité

Cette déclaration ne permet pourtant pas de confirmer que Chérif Chekatt était effectivement lié à cette organisation. Christophe Castaner a notamment qualifié cette revendication de “totalement opportuniste” ce vendredi. Le seul indice qui nous permet de faire le lien entre l'assaillant et l'organisation, sont les témoins qui assurent l'avoir entendu crier “Allahou Akbar”.

L'arme du crime

Quatre blessés sont actuellement toujours hospitalisés dont l'un se trouve dans un état critique. Ce vendredi, sept proches de Chérif Chekatt sont entendus en garde à vue.

Lors de son interpellation, le jeune homme se trouvait en possession du même revolver qui a fait trois morts et plusieurs blessés mardi soir. Un calibre datant de la fin du XIX siècle. Certains se sont étonnés qu'il ait utilisé une arme si “vieille”. L'ancien chef du RAID, Jean-Michel Fauvergue a tout de même rappelé qu'une arme qu'elle soit ancienne ou non, est faite pour tuer. Celui-ci a d'ailleurs conclu en indiquant que ces terroristes ont bien fait des victimes, armés de couteaux ou d'un simple véhicule.

Publicité