La 110ème édition du guide rouge, parue en début d'année, a "flingué" de nombreux grands chefs, à l'image de Marc Veyrat, le cuisinier au chapeau noir de Manigod, en Haute Savoie, ou du maestro Alain Dutournier, brillant chef du Carré des Feuillants, dans le premier arrondissement de Paris. Dans ce nettoyage au karcher du guide Michelin, même le trou gascon, étoilé depuis 1977, a perdu son unique étoile, alors que l'établissement a la réputation de servir le meilleur Cassoulet de Paris depuis quarante-deux ans.

Alors après le choc initial, la honte du déclassement, la consternation, le plus emblématique chef français, Marc Veyrat, a organisé la riposte. Pour la première fois de son histoire, le célèbre guide Michelin va comparaître devant la justice. L'audience en référé (procédure d'urgence) devant le TGI de Nanterre est prévue le 27 novembre. Marc Veyrat et son avocat exigent de ne plus apparaître dans le guide culinaire et veut que "le Michelin explique sa tambouille de déclassement à la barre du tribunal, de manière publique….".

"La revanche des chefs déclassés" selon Marc Veyrat

Contacté, ce lundi 14 octobre, via un appel téléphonique, la redaction en chef du guide Michelin a refusé de prendre le temps de répondre, la secrétaire bredouillant que les responsables de la redaction "ne peuvent s'exprimer en raison des actions judiciaires en cours".

Pas de cuisine publique donc. L'équipe de la maison des bois à Manigod, formée et drivée par Marc Veyrat, est toujours sous le choc. La direction du Michelin a refusé de leur fournir la moindre explication concernant le retrait de la troisième étoile. Idem pour l'équipe du trou gascon à Paris ou pour le carré des feuillants toujours à Paris. Le patron de cet établissement prestigieux, Alain Dutournier, considéré comme le "maître de la truffe blanche d'Alba" estime que son honneur a été bafoué suite à ce déclassement injustifié !

Depuis 1986, Alain Dutournier cuisine avec la même ferveur. L'homme n'a pas son pareil pour mijoter un velouté de chätaignes et perpétue la célèbre "soupe aux truffes" que Valéry Giscard d'Estaing venait déguster dans son restaurant. Avec sa brigade, Marc Veyrat a remis au goût du jour les plats traditionnels Hauts-Savoyards en les améliorant. Avec une originalité incontournable : les équipes utilisent les oeufs des poules élevées sur place, à quelques dizaines de mètres de la maison des bois, les légumes produits en autarcie dans le domaine de Marc Veyrat à Manigod, et le lait frais des vaches élevées sur le site.

Ces prestigieux chefs auraient-ils subitement perdu la main ?

Marc Veyrat dénonce les guides périmés et leurs délires

Alors, lorsque le nouveau directeur du Michelin Gwendal Poullennec affirme que "la cuisine de ces chefs n'était pas aboutie", il suscite une levée de boucliers et une indignation chez la plupart des chefs français. Car tous reconnaissent le talent d'un Marc Veyrat ou d'un Alain Dutournier, qui ont apporté la preuve de leur créativité, années après années.

Le Michelin chercherait-il a tuer ces prestigieux chefs qui ont formé tant de cuisiniers ? Et qui ont découvert tant de jeunes talents....

Consolation ? le concurrent du guide rouge, Le "Gault & Millau" dévoile les nouveaux chefs chez Paul Bocuse , et le Gault & Millau cite Marc Veyrat et Alain Dutournier en les comparant à Paul Bocuse lors du trophée des chefs en PACA favorisant un partage du savoir-faire car le talent des grands chefs ne peut être effacé d'un coup de crayon par un seul guide.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite