Note des éditeurs : Plusieurs articles de Francis Gruzelle, auteur de cet article, ont été supprimés de la plateforme Blasting News. Les propos, sujets et idées partagés ne respectaient pas la ligne éditoriale de Blasting News.

Georges Blanc, 77 ans, mondialement connu avec des établissements portant son nom de Vonnas à Tokyo, en passant par Lyon ("le Centre" et "le Splendid") repart au combat pour sauver la plus grosse partie des 160 000 restaurants que compte la France. Avec Anne-Sophie Pic et Régis Marcon, le chef triplement étoilé de Vonnas a publié une tribune dans Le Figaro, où il s'inquiète pour le million d'emplois de la restauration, paralysés par le confinement dû au Coronavirus.

Ces trois chefs étoilés estiment que le confinement a assez duré et diagnostiquent des milliers de faillites "si le président Macron ne change pas son fusil d'épaule". Le constat est sévère. Réaliste. Impitoyable. Lucide.

Le stratège Georges Blanc veut un déconfinement partiel pour les restaurants

Joint au téléphone ce 30 avril 2020 dans son fief de Vonnas, Georges Blanc se veut stratège et explique : "Un déconfinement partiel doit être mis en place par décret, car de nombreux chefs et restaurants ne se relèveront pas de cet arrêt de plusieurs mois et des pertes d'exploitation…. Maintenant, il convient de reprendre l'activité et de s'adapter. Il en va de notre survie", martèle le chef triplement étoilé, qui comptait, en 2018, se séparer d'une partie de son empire, pour le prix de 22 millions d'euros.

Quelle est la valeur de ces restaurants gastronomiques aujourd'hui ?

En s'exprimant dans Le Figaro au nom des restaurateurs français, les plus prestigieux chefs affichent une solidarité avec tous les établissements de l'Hexagone, du petit bistro de campagne aux palaces parisiens. Pour ces trois chefs, il convient de "faire preuve d'innovation pour garantir la sécurité….

Notre clientèle sera rassurée par des serveurs qui officient avec des masques et des gants…".

Seront-ils entendus par le président de la République ?

Le chef triplement étoilé de Saint-Bonnet-le-Froid Régis Marcon assure que cette tribune n'est pas "une lettre de revendication". "Il s'agit de perspectives économiques pour se projeter dans l'après confinement.

Mais il y a urgence" affirme ce grand chef de Haute-Loire.

Les trois chefs proposent au chef de l'état la réouverture rapide des restaurants en mettant en place des mesures sanitaires strictes, comme l'espacement des tables, lorsque les restaurants sont suffisamment grands.

Un déconfinement pour sauver des centaines de milliers d'emplois

On décèle chez Georges Blanc, Anne-Sophie Pic, Régis Marcon, qui n'ont plus rien à prouver aux décideurs de l'état, tant ils sont unanimement reconnus, une volonté de sauver des centaines de milliers d'emplois.

Au sein de la rédaction du "Gault & Millau", guide qui estime que le talent des grands chefs français est incomparable, et qui cite Marc Veyrat, Georges Blanc, Anne Sophie Pic, Régis Marcon en les comparant à Paul Bocuse, on reconnait le savoir-faire de tous ces grands restaurateurs menacés par des dépôts de bilan.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!