Maria Sharapova, 31 ans, affronte ce mercredi 6 juin 2018 à 14 heures l'espagnole Garbine Muguruza, 24 ans. Sur le papier, l'espagnole, classée 3ème mondiale au classement WTA et très à l'aise sur la surface de terre battue, part légèrement favorite face à la russe 30ème mondiale. Oui, mais Maria Sharapova compte faire des étincelles. Elle a prouvé, ces derniers mois, qu'après sa longue absence pour cause de dopage, elle avait réussi à retrouver un niveau lui permettant de rêver au sacre du côté de la porte d'Auteuil.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

De la descente aux enfers jusqu'à la renaissance

Aujourd'hui, la donne a changé car Muguruza tutoie les sommets. Sharapova, elle, a été absente des courts pendant 15 mois suite à une décision de la Fédération Internationale de Tennis après qu'elle a été contrôlée positive au meldonium à l'Open d'Australie - éliminée en quarts de finale par Serena Williams.

Cette sanction était fixée à deux ans en première instance puis ramenée à quinze mois lui permettant de reprendre la raquette en 2017.

L'originaire de Niagan en Russie a, depuis son retour sur les courts, repris du poil de la bête. L'ancienne numéro 1 mondial - la première joueuse russe à le devenir, en 2005 - a un ratio intéressant depuis son retour. Cette année là, elle comptabilise 16 victoires pour 6 défaites. Elle remporte le tournoi de Tianjin et finit la saison à la 59ème place mondiale. Elle était au 4ème rang avant sa suspension.

Les clés du succès

Tout d'abord, Maria Sharapova garde un bon différentiel depuis le début de l'année avec 15 victoires pour 7 défaites sur les huit tournois auxquels elle a participé. Les résultats les plus probants se sont déroulés sur la terre battue qu'elle affectionne.

Top vidéos du jour

Lors du tournoi de Madrid, du 7 au 13 mai 2018, elle parvient à se hisser en quarts de finale, battue par Kiki Bertens en 3 sets. A Rome, du 14 au 20 mai, elle atteint les demi-finales et échoue face à la numéro 1 Simona Halep qui vainc la russe en trois sets.

Mais outre le fait que Maria Sharapova s'acclimate bien de la météo parisienne, il convient de rappeler qu'elle a remporté le tournoi de Roland Garros lors des éditions 2012 et 2014. Elle a atteint la finale en 2013. Elle est également plus expérimentée que sa future adversaire. Elle a remporté les quatre tournois du Grand Chelem tandis que Muguruza en a remporté deux - Roland Garros en 2016 et Wimbledon en 2017.

Une véritable bataille s'annonce donc entre les deux joueuses d'autant plus qu'un critère déterminant entre en jeu. Muguruza et Sharapova ont passé leur troisième tour sans encombre respectivement face à l'australienne Samantha Stosur et la tchèque Karolina Pliskova. Maria Sharapova a pu souffler car les huitièmes ont vu pour elle l'abandon de Serena Williams.

Cas de figure presque identique car l'ukrainienne Lesia Tsurenko a faussé compagnie à Muguruza après deux jeux seulement. Par ailleurs, sur les trois dernières confrontations entre l'espagnole et la russe, toutes ont été remportées par cette dernière. En 2014, c'était une victoire en trois sets, devant la très jeune espagnole, en quarts de finale des Internationaux de France de tennis. Avantage Sharapova.