Le Tour de France 2018 est lancé. Une 105ème édition dont la première étape a réservé pas mal de surprises, dont le temps perdu par Christopher Froome. Quadruple vainqueur de la Grande Boucle [VIDEO] et grand favori cette année, le Britannique a en effet chuté sur le bord de la route à une dizaine de kilomètres de l'arrivée de la première étape. Lancé à vive allure en prévision du sprint, le peloton ne l'a pas attendu. Pour Christopher Froome, le résultat du chronomètre est violent : 51 secondes concédées dès la première étape, qui ne présentait aucun danger apparent. Un temps concédé sur le vainqueur de cette première étape et maillot jaune, le Colombien Fernando Gaviria (Quick Step Floors).

Mais aussi sur plusieurs outsiders au classement général, à l'image de Romain Bardet (AG2R-La Mondiale), Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida), Rigoberto Uran (Education First), Bauke Mollema (Trek-Segafredo), Tom Dumoulin (Sunweb), mais aussi les Espagnols Mikel Landa et Alejandro Valverde (Movistar). « Il y a encore beaucoup de route à parcourir jusqu'à l'arrivée à Paris. On savait que ces premiers jours seraient complexes, ça fait partie du jeu malheureusement », a simplement commenté Christopher Froome, à l'arrivée de l'étape, à propos de sa mésaventure.

Début de Tour de France hostile pour Froome

Une entame de Tour forcément difficile pour Christopher Froome, lui dont la présence sur cette Grande Boucle est énormément contestée. Pour rappel, le Britannique avait subi un contrôle anormal lors du dernier Tour d'Espagne, une épreuve qu'il a remporté.

Top vidéos du jour

Problème : ce contrôle anormal ne l'était pas pour une substance interdite par l'UCI. La fédération internationale et l'Agence Mondiale Antidopage ont donc mis plusieurs mois à se prononcer sur la possibilité, ou non, de voir Froome participer à des épreuves. Vainqueur du Tour d'Italie cette saison, le leader de la Sky a finalement reçu le feu vert il y a seulement quelques jours, provoquant un climat de défiance à son égard, notamment de la part de nombreux spectateurs. Le quadruple vainqueur de la Grande Boucle a ainsi été copieusement sifflé, jeudi, lors de la présentation des équipes. Pas de quoi aborder le Tour [VIDEO] dans les meilleures conditions, même si Froome est désormais habitué à ne pas être soutenu. Cela avait le cas lors du dernier Giro, et cela ne l'avait pas empêcher de remporter le classement général de l'épreuve.

Un Tour de France plus ouvert que jamais

Dès lundi, lors du contre-la-montre par équipes, Christopher Froome pourra compter sur ses talents de rouleur et sur la force de son équipe Sky pour rattraper une grande partie de son retard.

Il pourra même envisager de creuser l'écart sur d'autres concurrents apparus en difficulté samedi. Richie Porte, leader de la formation BMC, a lui aussi perdu 51 secondes, tout comme Adam Yates, le jeune leader de l'équipe Mitchelton-Scott. La sentence a été encore plus lourde pour Nairo Quintana, le leader de la Movistar, victime d'une crevaison à 3,5 kilomètres de la ligne d'arrivée. Le Colombien débourse déjà 1 minute et 15 secondes sur plusieurs de ses principaux concurrents au podium final à Paris. Pour ce dernier, le contre-la-montre par équipe ne devrait cependant pas être l'occasion de récupérer du temps. Ce départ de Tour de France 2018 s'est donc avéré plus mouvementé que prévu. Il a surtout permis de lancer une course au classement général incertaine, et désormais encore plus ouverte avec la perte de temps de plusieurs favoris. D'entrée de jeu, Christopher Froome va devoir montrer qu'il est bien le patron, sous peine de vivre une édition 2018 plutôt compliquée.