2

Thomas Tuchel n'est pas un David Copperfield à l'allemande, mais il a réussi l'exploit d'imprimer sa patte au Paris Saint-Germain en moins de quatre mois [VIDEO]. Sans forcément séduire, le club de la capitale a remporté ses douze matches de Ligue 1. Un record ! La clé de cette réussite ? Un nouvel état d'esprit, plus conquérant. "Nous devons jouer comme un orchestre. Avoir certains des meilleurs joueurs d’Europe et du Monde ne suffit pas. Il faut les laisser s’amuser, qu’ils se sentent bien et jouent ensemble", expliquait l'ancien coach du Borussia Dortmund au site officiel du PSG, mi-octobre. "Chez (lui), il n'y a rien qui tâtonne", apprécie Luis Fernandez dans France Football.

Tuchel bichonne ses cadres, comme Neymar

Pour parvenir à ses fins, Thomas Tuchel a cherché à placer ses joueurs dans les meilleures dispositions, Neymar en tête. "Ce qui importe à Tuchel, c'est de le faire briller", poursuit Fernandez. Dans le nouveau 3-4-3 prôné par le jeune technicien, le Brésilien s'est recentré dans un rôle de meneur de jeu. Malgré ses excellentes statistiques (9 buts en Ligue 1), "Ney" doit toutefois gérer l'avènement de Kylian Mbappé, devenu vendredi le plus jeune joueur à atteindre le cap des 40 buts en Ligue 1 (en 76 matches). De quoi rendre Tuchel complètement gaga : "Je peux simplement dire que je déteste jouer sans Kylian, aujourd'hui", a confié l'Allemand après le classique OM-PSG.

Le rang de champion du monde de Mbappé ? Le technicien n'en a que faire.

Lorsque son prodige est arrivé en retard à la causerie, à quelques heures du Classique, il l'a envoyé sur le banc. Mais une fois encore, "KMB7" a fait parler la poudre. Sa relation technique avec Neymar constitue aujourd'hui la base du jeu parisien et elle fait une victime expiatoire : Edinson Cavani, auteur de seulement six buts en Ligue 1 [VIDEO]. Son pire total depuis quatre ans. Pire, son remplacement prématuré contre l'OL, pour raisons tactiques, a fait éclater la bulle des rumeurs. Mais très vite, Tuchel a désamorcé la bombe, en conférence de presse. "Edi est un vrai n°9. Il travaille toujours pour l'équipe et c'est important d'avoir des joueurs qui ne se ressemblent pas", précisait-il avant le déplacement à Marseille, démontrant ici un talent certain pour la communication.

Les joueurs du PSG adoubent leur entraîneur

Le natif de Krumbach peut se rassurer : le meilleur buteur de l'histoire du PSG apprécie ses méthodes. "Il a une belle mentalité. Il aime gagner avec une belle structure d'équipe et veut que tout le monde travaille ensemble", s'est-il même empressé d'affirmer dans une interview accordée à l'AFP.

Le discours est à peu près identique chez la recrue phare du mercato parisien, Gianluigi Buffon. "Il transmet un enthousiasme et une énergie que peu de personnes transmettent", observait la légende italienne, l'été dernier. Des dithyrambes que Tuchel n'a pas tardé à justifier. Mais tout reste encore à faire ! Si le PSG a battu vendredi un record national, celui-ci reste éloigné des 23 succès de rang acquis par le Benfica d'Eusebio (1972-1973). Et puis, le club de la capitale ne doit pas oublier ses priorités : gagner le championnat et, à terme, la Ligue des champions.