Au Cameroun, ce 12 décembre marquera les esprits des fans de Football. Depuis la décision de la FIFA du 23 août 2017 qui mettait un terme au bail de Tombi à Roko Sidiki, la Fécafoot connaîtra ce soir son nouveau président, après plus de 15 mois de normalisation. En lice, sept candidats qui ont tous à cœur de redorer le blason du football camerounais.

Parmi eux, deux favoris aux profils bien différents se détachent du peloton. D’un côté Seydou Mbombo Njoya et de l’autre, Joseph Antoine Bell l’ancien gardien de buts des Lions Indomptables.

Comme dans toute élection d’envergure, la bataille médiatique entre les deux camps bat son plein. Les anciens Lions indomptables du Cameroun n'ont pas réussi à s'accorder sur un candidat.

Même si le Candidat Joseph Antoine Bell estime être le candidat des anciennes gloires du football telles que Roger Milla, Geremi Njitap et autres, certains estiment qu’il ne mérite pas leur soutien. L’ancien capitaine des Lions Indomptables Sephen Tataw s’est voulu clair, Joseph Antoine Bell n’est pas le candidat idéal.

Le candidat idéal

Le quart de finaliste de la Coupe du monde 1990 avec l’équipe nationale du Cameroun qui s’exprimait ainsi au nom de certains anciens coéquipiers de Joseph Antoine Bell, a officiellement déclaré son soutien au candidat Seydou Mbombo Njoya qui selon lui, détient la recette magique pour redonner au football camerounais son niveau qu’on lui connaît.

Soupçons de corruption

Une autre polémique divise Joseph Antoine Bell et Samuel Eto’o au sujet des élections à la Fédération camerounaise de football.

Elle est née de révélations faites dimanche par le candidat lors d’un passage à l’émission « l’Arène » de la chaîne de télévision Canal 2 international. Celui-ci y faisait savoir que Samuel Eto’o aurait tenté de le corrompre pour qu’il retire sa candidature à l’élection du président de la Fécafoot, au profit de son concurrent Mbombo Seidou Njoya. Une version que conteste l’ancien attaquant des Lions Indomptables. Samuel Eto’o a notamment laissé entendre que le poste de directeur technique national lui a été longtemps réclamé par Joseph Antoine Bell.

Fin de la normalisation

Franck Happi, Emmanuel Maboang Kessack, Hervé Tchinda, Daniel Mongue Nyamsi et Emmanuel Bissong Hegbe constituent les cinq autres prétendants au poste de Président Fécafoot. La fédération camerounaise de Football en crise depuis plusieurs années est dirigée par un comité de normalisation nommé en août 2017 par la FIFA. L'élection d'un nouveau patron du football mettra fin à la transition, dont le mandat arrive à expiration le 16 décembre prochain.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite