Tiens, quand des Russes voudront faire sécession de la Russie, des Chinois de la Chine, des Bretons, des Basques, des Alsaciens, des Corses, des Écossais (ah non, eux, il faut d’abord qu’ils éliminent leurs éoliennes), des Catalans, &c., voudront leur indépendance, #Donald Trump apportera l’appui des États-Unis. Son tweet du 24 juin dernier sur l'auto-détermination des peuples du monde et des Britanniques en particulier a eu un écho particulier en Afrique, un peu plus au sud du Sahara des Sahraouis. Donald Trump, qui twitte plus vite qu’il ne pense, avait sans doute oublié la guerre du #Biafra (mai 1967-jan. 1970), à moins qu’il n’en ait jamais eu connaissance (Fox News et Breitberg ont été lancées ultérieurement).

Publicité
Publicité

Pourtant, le Biafra regorge de pétrole… Quatre pays africains reconnurent la République du Biafra, la France la ravitaillait en armements et mercenaires, tandis que le #Nigéria recevait l’appui tant de l’Union soviétique (qui n’anticipait pas l’Ukraine, la Crimée…), que du Royaume-Uni et des États-Unis. La population Igbo fut victime d’un blocus, provoquant une famine surmédiatisée, et les morts (militaires et civiles) se comptèrent par centaines de milliers (pratiquement un million côté Biafrais).

Une dizaine de morts

Prenant les déclarations de Donald Trump pour de l’argent sonnant et trébuchant, le mouvement Les Indigènes du Biafra (IPOB) appelait les Biafrais à manifester à Port Harcourt. La police nigériane ne s’est pas trop trompée sur les réelles motivations de cette ‘’festive’’ manifestation.

Publicité

Zéro morts selon elle à son issue, 11 selon les organisateurs. S’il y a eu des blessés, selon la police, c’est du fait de bousculades entre manifestants. Le Biafrexit sera-t-il activement soutenu, diplomatiquement, militairement et autrement par le 45e président des États-Unis d’Amérique ? Par ses partisans, c’est déjà le cas. Au Nigeria, on tire sur des Africains pro-Trump, retiennent-ils. Pourquoi ? Parce que le gouvernement du Nigéria n’aime pas Donald Trump ? Cela peut se concevoir. Donald Trump a qualifié le Nigéria de pays corrompu, les Nigérians de voleurs d’emplois américains. C’était à Wichita (Kansas), l’an dernier et Donald Trump citait les Nigérians et les Mexicains. ‘’Pourquoi ne restent-ils pas dans leur pays ? J’vais vous l’dire, les gars. Parce qu’ils sont corrompus. Leurs gouvernements sont corrompus. Ils pillent leurs compatriotes et viennent ici dépenser leurs vols et ces gens fuient et viennent ici piquer nos jobs’’. Il poursuivait : ‘’Nous allons bâtir un mur le long de l’Atlantique puis, peut-être, on va recoloniser les Africains parce que, c’est criant, ils n’ont pas appris quoi que ce soit des Britanniques’’.

Publicité

Reçu zéro sur cinq par les Biafrais, qui pourtant, envoient leurs enfants dans les universités américaines beaucoup plus que les autres Nigérians. L’ennui, c’est qu’ils deviennent ingénieurs de l’industrie pétrolière et piquent du boulot en Alaska et à Houston (Texas). Les pro-Trump du Nigéria semblent avoir fait le tri dans les propos du candidat et retenu ce qui les arrangeait. Quand Trump expulsera des États-Unis tous les Biafrais et les autres, peut-être nuanceront-ils leurs appréciations. Ou pas. Si Donald Trump fait expulser les Nigérians non-Biafrais d’abord, ils continueront à l’aduler. Et finiront comme les Hongrois se révoltant contre l’Urss en novembre 1956, en prison comme beaucoup de Tchécoslovaques en 1968 ? L’avenir proche le dira. Pour le moment, ni realDonaldTrump, ni Potus (ses deux comptes Twitter) ne font état de cette manifestation. Donald Trump est trop occupé à s’auto-congratuler, à se faire prendre en photo et en famille dans le Bureau Ovale. Eh oui, un éléphant (symbole du parti républicain), ça trump énormément… Les ''déplorables'' du Biafra risquent d'attendre longtemps un soutien concret du Phénix des déportations d'étrangers.