Ce mardi 08 Août, l'Organisation des Nations Unies (ONU) a accusé l'#Australie de manquer à la protection de ses migrants. En effet, la veille, un demandeur d'asile iranien de 28 ans est décédé, pendu à un arbre par des enfants au sein du camp de rétention de Manus, une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ce centre administratif, géré par le gouvernement australien, se montrerait particulièrement dur envers les candidats à l'#Immigration, et les droits de l'homme y seraient quotidiennement bafoués.

Dans un cas plus général, l'Australie n'a jamais été très généreuse avec l'accueil des étrangers demandeurs d'asile. La marine repousse sans cesse les navires de clandestins. Pour ceux qui parviennent à gagner le plus grand pays d'Océanie, des centres de rétention ont été créés afin que les migrants puissent y séjourner avant d'être expulsés.

Publicité
Publicité

Ce sont dans ces centres que les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent le traitement des clandestins.

L'ONU veille

Mais l'ONU a décidé de rappeler l'Australie à l'ordre, en lui signifiant la "situation précaire de personnes vulnérables". Les Nations Unies se disent inquiètes du sort de certains clandestins en Océanie ; le centre de rétention de l'île de Manus doit même fermer dans les prochains mois sur décision de la Cour suprême de Papouasie-Nouvelle-Guinée.