En quoi consistent les explications de #François Fillon sur le Penelopegate ? Pour l'essentiel, cela se résume comme suit. Tout parlementaire peut s'estimer au-dessus des lois et dispositions réglementaires que ses prédécesseurs ou lui-même ont adoptées et il n'a de comptes à rendre à personne d'autre, si ce n'est à ses pairs et aux magistrats de la Cour de justice de la République. Penelope Fillon, les enfants Fillon, et maints autres dont Le Canard enchaîné va mettre les rôles respectifs en relief, n'avaient d'autres tâches que celles leur étant assignées par le sénateur puis député François Fillon. Dans ma tâche, je suis moi-même fort soutenu : si je manque de cigarettes autour de mon clavier, je peux piocher dans les paquets de ma compagne ou de mes copines papotant au salon.

Publicité
Publicité

D'accord, je prête le flanc à l'accusation initiale de François Fillon adressée au Canard enchaîné : misogynie. Mais je leur présente toutes mes excuses, ainsi qu'aux Françaises et aux Français. J'aurais aimé, j'aimerais les rétribuer, non en regard des services rendus, mais tel que serait mon bon plaisir. Trop limité par mes revenus, je leur rends leurs cigarettes, parfois une de plus, ce que je ne manque pas de déclarer, comme toute autre donation, aux impôts. Transparent, éthique, &c., c'est bien le moindre.

Patrimoine, autres employés

Le Canard enchaîné va s'empresser de nous remémorer les contradictions entre la jurisprudence Bardot, dont la pétition de soutien à François Fillon expose les grandes lignes, et les textes votés, promulgués. Donner l'image d'une famille heureuse, nombreuse, aimante, peut donner droit à rétributions dont le montant devrait être à la seule discrétion du père de famille, qu'il soit ou non parlementaire.

Publicité

Mais s'il s'agit d'un parlementaire, le parquet financier a encore moins droit de regard sur les sommes, la nature des prestations, &c. Le fisc, peut-être ? Le palmipède va sans doute revenir sur les estimations que François Fillon donne de son patrimoine. Pourquoi et comment n'est-il pas assujetti à l'impôt sur la fortune ? Sans doute aussi légalement que Jacques Chaban-Delmas n'avait pas à régler le moindre impôt sur le revenu, inutile d'en douter. Quoique… L'impunité judiciaire et l'impunité fiscale font deux. Sa ''maison" (château de Beaucé), valait, selon ses dires, "à peu près 650 000 euros'' en 2013. Ce n'est que cent mille de plus quatre ans plus tard ? "Évaluée à 750 000 euros", précise-t-il. Évaluée par qui ? Belle plus-value nonobstant. On obtiendra sans doute aussi des précisions sur les activités de François Fillon, autoentrepreneur, à l'étranger. Allez, soyons indulgents, ne nous en tenons qu'à cette légère approximation. Kim Willsher, du Telegraph, "choquée" par l'interprétation faite de son entretien avec Penelope, comme l'a soutenu son époux ? Nullement, elle s'en est tenue au factuel : son entretien ne fut nullement trafiqué, ni mal interprété.

Publicité

"This is recorded fact", a-t-elle sobrement twitté le 4 dernier. Fillon fait son Trump. Tout cela n'intéresse que les journalistes, j'ai été plébiscité par la primaire, circulez, il n'y a rien à voir d'autre, c'est moi le patron, Les Républicains et Fillon2017 ne font plus qu'un. Est-ce acharnement médiatique versus obstination dans le déni ? C'est comme si Marc Ladreit de Lacharrière déclarait : "je suis Grand-croix de la Légion d'honneur, comment mettre en doute ma parole ?". Une transparence de passe-muraille. Celle du Plan B s'est effondrée. Le désormais translucide François Fillon est-il si lucide qu'il le prétend devant le mur du premier tour de la présidentielle ? Mais après tout, pourquoi un, deux tours ? N'est-ce point au père de famille de la France, des Françaises et des Français, à en décider, sans rendre compte ni au parquet, ni aux médias, ni à quiconque, inutile même de réserver des explications à l'épouse et aux enfants. Obtempérons. Place aux faits alternatifs, à la post-vérité, la page est tournée. Est-ce vraiment si sûr ?