Publicité
Publicité

La question avait été soulevé par plusieurs pages Facebook de l'opposition en particulier Damoclès, page plus qu'active pour ce genre d'information. Puis plus rien. Le calme plat. Ce n'est pas sans compter la charge en règle adressée par Le Canard enchaîné qui a donné une audience nationale à cette affaire. Mais que reproche-t-on exactement à #Jean-Jacques Urvoas, alors #Ministre de la Justice dans les gouvernements Valls II puis de Bernard Cazeneuve et #Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine au moment des faits ? Une violation du secret professionnel. [VIDEO]

Urvoas : un garde des Sceaux au banc des accusés

Retour rapide sur l'affaire Urvoas/Solère qui porte atteinte à tout le système judiciaire français.

Publicité

Jean-Jacques Urvoas est accusé d'avoir transmis à Thierry Solère les conclusions d'une enquête préliminaire portant sur sa personne. Ce dossier strictement confidentiel n'aurait jamais dû atterrir dans les mains du principal concerné. Le document, demandé par le Ministre lui-même pour "sa" direction des affaires criminelles et des grâces, contenait ainsi toutes les affaires en cours portées contre le député des Hauts-de-Seine.

L'affaire aurait pu s'arrêter ici et rester dans le secret du monde politique [VIDEO]. Malheureusement pour Thierry Solère et Jean-Jacques Urvoas, le sort en a décidé autrement. En effet, c'est lors d'une perquisition au domicile de Thierry Solère que les policiers ont retrouvé ledit document, malencontreusement gardé par le député sur son portable. Pourtant, le dossier confidentiel avait été envoyé par Télégram, une application qui permet d'envoyer des messages cryptés.

Publicité

Une condamnation pénale pour l'ancien ministre de la Justice ?

L'affaire est loin de s'arrêter là. Suite aux révélations du Canard Enchainé, le parquet de Nanterre a été saisi. Celui-ci a déclaré que l'affaire pourrait faire l'objet d'une qualification pénale. Le Procureur générale de la République, a lui saisit la commission des requêtes de la cour de justice de la République. Cette cour de justice permet de juger les actuels et anciens ministres, disposant d'une juridiction différente pour certains cas.

L'actuel ministre de la Justice, Nicole Belloubet a déclaré à la suite de la parution du Canard Enchainé que : « Si les faits étaient avérés, ce serait une affaire très grave ». Il y a donc de grande chance que l'ancien ministre soit condamné pour cet acte qui d'un point de vue éthique pose question.