39 victimes, dont trois Français. C'est le dernier bilan à Gênes, au lendemain de l’effondrement du Pont Morandi. Le Quai d'Orsay a confirmé la nouvelle ce mercredi. Pour rappel, une section de 80 mètres du pont Morandi s'est effondrée mardi vers 11h30, dans une zone industrielle de la ville portuaire lors d’une tempête soudaine et violente. Une trentaine de véhicules, dont des voitures et des camions, se trouvaient sur la section touchée lorsqu’elle est tombée de 100 mètres, principalement sur des voies ferrées, Des images aériennes ont montré que la structure qui était tombée avait manqué de peu des maisons et d’autres bâtiments lorsqu’elle s’est effondrée au-dessus d’une rivière.

La catastrophe s'est produite sur une artère importante de la Riviera italienne. Le pont Morandi, inauguré en 1967, a une hauteur de 90 mètres et un peu plus d’un kilomètre. Les travaux de restructuration du pont ont été effectués en 2016. L’exploitant de la route a déclaré que les travaux de renforcement des fondations du pont étaient en cours au moment de l’effondrement et que le pont était constamment surveillé.

Une restructuration du pont depuis 2016

Giuseppe Conte, le Premier ministre italien, est arrivé à Gênes mardi soir: ' Il est trop tôt pour parler des causes et des hypothèses, mais une chose est sûre, une tragédie de ce genre ne peut pas se répéter ', a-t-il déclaré. Le président Sergio Mattarella a exprimé ses condoléances dans un communiqué, tout en soulignant le droit des Italiens ' à une infrastructure moderne et efficace accompagnant la vie quotidienne.

Le moment est venu de prendre un engagement commun pour faire face à la situation d'urgence, aider les blessés et soutenir les personnes touchées par la douleur ', a-t-il souligné. ' Alors une enquête sérieuse sur la cause de ce qui s’est passé doit suivre. Aucune autorité ne peut échapper à un exercice de pleine responsabilité '. Ce mercredi, le temps des décisions est déjà arrivé. Danilo Toninelli, le ministre italien des Transports, a déclaré que le gouvernement avait l'intention d'annuler son accord avec Autostrade concernant la gestion de l'autoroute à péage A10 reliant Gênes à la frontière française. Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, a déclaré mercredi que les responsables ' paieraient, paieraient tout et paieraient cher '.

Autostrade per Italia montré du doigt

Le vice-Premier ministre, Luigi Di Maio, a déclaré mercredi dans un message sur Facebook, que ' les responsables de la tragédie de Gênes ont un nom et un prénom, et ils s’appellent Autostrade per Italia. Pendant des années, on a dit que la gestion privée serait meilleure que celle de l’État '. Une douzaine d'autres ponts se sont effondrés en Italie depuis 2004, faisant sept morts.

Au début de l'année 2015, un viaduc de 13 millions d'euros à Palerme s'est effondré quelques jours après son ouverture. Un mauvais entretien de la structure a été identifié comme cause dans la plupart des cas. Salvini a également affirmé que les règles de dépenses de l'UE auraient pu être responsables de l'effondrement du pont. ' Si des contraintes externes nous empêchent de dépenser pour avoir des routes et des écoles sûres, cela remet en question la question de savoir s'il est logique de suivre ces règles ', a-t-il déclaré.

L'Union européenne n'impose pas de restrictions sur la façon dont les gouvernements nationaux dépensent leurs budgets, même si les membres de la zone euro devraient maintenir leur dette et leurs déficits dans certaines limites. Mais dans le cas du pont Morandi, la responsabilité est à chercher ailleurs.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite