Nouvel acte de violence à Gaza entre Israêl et Palestine. Au moins 16 Palestiniens ont été tués et des centaines ont été blessés par les forces israéliennes à Gaza, ont déclaré des médecins palestiniens, alors que les manifestants entamaient une manifestation de six semaines pour exiger le droit au retour des réfugiés. L'armée israélienne a déclaré vendredi que 17 000 Palestiniens "émeuteraient" dans six endroits de la bande de Gaza [VIDEO]. Elle a répondu aux manifestants « avec des moyens de dispersion anti-émeute et des tirs vers les principaux instigateurs ».

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Vendredi soir, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé à une enquête indépendante sur les affrontements meurtriers alors que l'ambassadeur palestinien, Riyad Mansour, a exprimé sa déception que le Conseil de sécurité ne condamne pas ce qu'il appelle un « massacre odieux » de manifestants pacifiques.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a déclaré dans un communiqué qu'Israël était responsable de la violence et a déclaré que ce samedi est un jour de deuil national. L'ambassadeur israélien à l'ONU, Danny Danon, a déclaré que « la communauté internationale ne doit pas être trompée » par ce qu'il a appelé « un rassemblement terroriste bien organisé et violent » sous la bannière d'une marche pacifique.

La Palestine réclame justice

Gaza est une zone qui suscite les tensions depuis déjà de nombreuses années. Les forces israéliennes imposent une zone interdite aux Palestiniens sur la terre à Gaza près de la clôture et tirent régulièrement sur de jeunes hommes palestiniens qui lancent des pierres et des bombes incendiaires. Mais les organisateurs ont déclaré que la manifestation « Grande marche de retour » avait pour intention d'être pacifique, rassemblant des familles d'hommes, de femmes et d'enfants campant.

Top vidéos du jour

Des événements culturels étaient même au programme. Alors que les camps de protestation à Gaza étaient installés à quelques centaines de mètres de la barrière fortement fortifiée, de grandes foules ont marché vendredi vers la clôture et ont commencé à lancer des pierres. Dix hommes blessés par balle ont été vus emportés sur des civières. Le ministère palestinien de la Santé à Gaza a déclaré que 16 personnes avaient été tuées dans les affrontements. Israël [VIDEO] a qualifié la manifestation de stratagème du Hamas. Ses militaires ont déployé des renforts autour de Gaza, y compris plus de 100 tireurs d'élite des forces spéciales et des unités de police des frontières paramilitaires.

Israël se défend et lance un avertissement

Le premier décès est intervenu assez rapidement, vendredi, après le début des manifestations. Un agriculteur palestinien a été tué et un deuxième Palestinien a été blessé par un obus de char israélien, selon le ministère de la Santé de Gaza. Des témoins ont déclaré que l'homme travaillait sur ses terres, mais un porte-parole de l'armée israélienne a déclaré que les deux suspects « opéraient de manière suspecte ».

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré plus tard que trois hommes avaient été abattus lors d'affrontements. Avant la manifestation, Israël a clairement fait savoir qu'il envisageait la force pour empêcher ce qu était une « accusation délibérée sur ses frontières ». Le ministère israélien des Affaires étrangères a lancé de manière préventive un avertissement pour tout affrontement sur « le Hamas et les autres organisations palestiniennes qui ont fabriqué toute cette campagne ». De nouvelles violences sont prévues ce samedi, pour un nouvel épisode de la longue histoire des tensions entre Israël et Palestine...