Le ministre des Technologies de l'information et de la communication du régime iranien a décidé de bloquer les anti-filtres en Iran. Selon ce ministère de la censure, les anti-filtres peuvent constituer une menace potentielle pour la sécurité du régime. [VIDEO] Il a déclaré que de tels outils sont particulièrement recherchés par les « forces subversives qui cherchent à renverser» le régime.

Le 15 mai 2018, Mohammad-Javad Azari Jahromi a déclaré : « notre ministère a reçu un ordre du Conseil Suprême du Cyberespace, de commencer à bloquer les anti-filtres en Iran. »

Il a souligné que ces anti-filtres « sont beaucoup plus menaçants pour la sécurité » que Telegram, et a déclaré : « les anti-filtres sont une approche subtile utilisée par nos ennemis, en particulier les États-Unis, pour le renversement de la République islamique d'Iran. » Jahromi a confirmé que l'ordre de blocage provient du président du régime : « ...avec l'augmentation des anti-filtres, le président nous a ordonné de les bloquer au sein du Conseil suprême du cyberespace, et d’empêcher leur utilisation en tant que « logiciels de rançon ». Par conséquent, il n'y a pas de problème de réglementation avec ce que nous faisons, car c'est conforme à une décision entièrement légale. »

Avant et contrairement aux déclarations de Jahromi, Rohani avait annoncé : « notre ministre ne touchera pas au bouton filtre. » Après l'ordre judiciaire de blocage de Telegram, Rohani avait également exprimé son désaccord via son compte Instagram, et avait même critiqué la décision de « l’autorité suprême du système ».

Cependant, Rohani ne fait que prétendre être en désaccord avec le blocage de cette application de messagerie.

"Un seul utilisateur sur 40 millions en Iran"

Tasnim et Fars, deux agences de presse affiliées aux pasdaran, ont également apporté la preuve que le gouvernement de Rohani était au courant de ce plan depuis le début et l’a même soutenu à chaque étape et qu' « il n'y a eu aucune expression de désaccord ».

Le ministre de la Communication a toutefois déclaré que le blocage des anti-filtres nuit à la qualité d'Internet et cause divers problèmes dans les échanges commerciaux. Selon des rapports récents, le blocage de Telegram a entraîné une augmentation de l'utilisation des anti-filtres.Le vice-président du parlement du régime, Gholam-Ali Jafarzadeh, a déclaré qu’environ un seul utilisateur sur 40 millions, a quitté Telegram après son blocage.

Dans un discours prononcé mardi, le ministère des Technologies de l'information et de la communication a réitéré que l'augmentation des anti-filtres n'est « souhaitable que pour ceux qui ont pour but le renversement » du régime.