L’agenda de rendez-vous d'Éric Zemmour, doit être aussi rempli que celui de bon nombre de ministres. Le polémiste est sollicité de partout. Rien qu’avec les formations et les personnalités de droites, Éric Zemmour a une belle brochette d’invitations. Elles vont du RN aux Républicains en passant par des personnes comme Robert Ménard, le maire de Béziers ou dernièrement Nicolas Dupont-Aignan, qui a reçu Éric Zemmour dans son ancienne ville de Yerres, pour une conférence-débat commune mercredi soir.

Publicité

Celle-ci a suscité, comme d'habitude, des polémiques mais a ravi les fans.

Partout bien sûr, il est question de son dernier livre, qui fait un succès en librairie, mais c’est aussi parce que l’essayiste fait de plus en plus l’unanimité au sein des différents partis de droite. Il apparaît, comme un point de convergence et une personnalité relativement consensuelle au milieu des diverses composantes de la droite.

Éric Zemmour bienvenu chez toutes les tendances de la droite

Du coup, tout le monde se l’arrache et si le président de « Debout la France », s’est dit heureux de l’accueillir.

On se rappelle que Laurent Wauquiez, n’a pas mâché ses mots et a clairement dit qu’Éric Zemmour était chez lui lors de son passage au siège des Républicains fin janvier. Si on remonte encore un peu dans les temps, il fut aussi par exemple au centre de toutes les attentions dans le Béziers de Robert Ménard. Sans oublier qu'il fit une intervention dans une conférence de l’Issep, peu de temps après l'ouverture de l’école de sciences politiques fondée par Marion Maréchal.

C’est certainement un bonheur pour l’intéressé, qui ne cache pas son intérêt pour un rassemblement entre la droite et l’extrême droite.

Publicité

Il est vrai, que l’homme a investi le champ intellectuel conservateur, ce qui le place au-dessus des querelles. Il apparaît, comme le chantre d’une réappropriation de l’histoire, des idées avec une vision résolument de droite, bien décomplexée et sûre de son fait. Éric Zemmour ne s’adresse plus à ceux qui ne pensent pas comme lui, il œuvre pour son clan.

Un invité qui regonfle le moral des troupes

A partir de là, lorsqu’il est invité à une conférence, on en a pour son argent et on ne regrette pas de l’avoir fait venir.

Éric Zemmour est exactement ce qu’il faut pour faire vibrer une salle. Il explique, cautionne et au besoin arrange tout un cheminement historique et de pensées, qui en arrive toujours à la conclusion suivante, il faut stopper le déclin de la France, instauré par une société trop à l’écoute des minorités et trop socialisante. Seule une droite forte dans ses convictions, traditionaliste, souverainiste, identitaire peut y arriver. De quoi motiver les troupes et faire en sorte que n’importe quel militant se sente instantanément ragaillardi à la fin de l’exposé.

Pour l’instant, peu de voix et peu de ténors à droite font remarquer que l’écrivain a aussi été condamné pour provocation à la haine en mai 2018 et provocation à la discrimination raciale en 2011.

Publicité

Valérie Pécresse fait bien part de sa préférence pour une société plus tournée vers l’avenir et regrette la vision très patriarcale et passéiste de l'écrivain. Il reste que même si certains, surtout dans le centre-droit doivent penser la même chose, elle doit se sentir bien seule. En effet, pour l’instant, dans les états-majors politiques de droite, le mot d'ordre est qu'il vaut mieux l’avoir avec soit que contre soit, cependant, attention au jour où l’intellectuel va choisir son favori.