L'ancien président a été mise en examen mercredi 21 mars après plus de 20h de garde à vue pour "corruption passive" , "financement illégale de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens" dans le cadre du soupçon de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Cette décision intervient quelques semaines après que l'ancien président français ai participé à une conférence nommée "Abu Dhabi Ideas Week-end" le 3 Mars 2018. Au cour de cette conférence dont l'enregistrement a été obtenu par le journal Le Monde l'ancien président Français a fait part de son opinion sur la démocratie et sur les grands leaders du monde.

Publicité
Publicité

"Les démocraties détruisent tous les leaderships", "les démocraties sont devenus un champs de bataille où chaque heure est utilisée par tout le monde, réseaux sociaux et autres pour détruire celui qui est en place. Comment voulez-vous avoir une vision de long terme pour un pays ? C'est ce qui fait que aujourd'hui, les grand leaders du monde sont issus de pays qui ne sont pas de grandes démocraties". Il a aussi fait mention des "grands leaders du monde d'aujourd'hui" qui sont " le président Xi, Poutine, le grand prince Mohammed Ben Salman"( d'Arabie Saoudite).

Alain Girard - blog communiste - over-blog.org
Alain Girard - blog communiste - over-blog.org

Des propos inappropriés pour un ancien président Français

Nicolas Sarkozy a par ses propos valorisé le président chinois Xi Jinping qui s'est imposé pour un gouvernement à vie très répressif envers les médias et toute forme de contestation populaire. Il a aussi valorisé le président Russe Vladimir Poutine dont les empoisonnements, assassinats et séquestrations d'opposants et de journalistes illustrent la ferme volonté de tuer toute forme de contestation.

Publicité

Des propos qui confortent les gouvernements autoritaires et sans partage, basée en grande partie sur la loi du plus puissant au détriment du protestataire nommé "populiste".

L'ancien président s'est ainsi prononcé à l'encontre des lois qui régissent son propre pays. De par son rang d'ancien chef d'Etat et donc porteur de la politique générale portée par la nation française, l'ancien président a dénigré les valeurs démocratiques qu'il s'est évertué à valoriser pour justifier ses prises de position à l'international. Notamment l'intervention de l'armée française en Libye en 2011 contre le guide libyen Mouammar Kadhafi , mais aussi en Côte d'ivoire en 2010 contre le président Laurent Gbagbo. Des propos qui semblent en total désaccord avec le statut de chef d'Etat français..

Quand la justice Française rattrape un ancien président

Telle une parfaite illustration du pouvoir judiciaire dans une grande démocratie. Un pouvoir auquel "nul n'est au dessus de la loi", Nicolas Sarkozy est sous le coup d'une mise en examen, pouvant aboutir à une condamnation. Cette mise en examen se montre exemplaire, ne se privant pas d'exercer la loi aussi bien pour un simple citoyen, que pour un ancien chef d'Etat.

Lire la suite et regardez la vidéo