Publicité
Publicité

Tremblement de terre au sein du gouvernement français en début de semaine. Nicolas Hulot, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, a annoncé sa démission en interview sur France Inter, sans même aviser Emmanuel Macron et Edouard Philippe de sa décision. Déçu par son bilan 15 mois après son arrivée à la tête de ce ministère qui lui tenait à coeur, l'ex animateur d'Ushuaïa, impuissant sur certains dossiers importants, comme la réglementation de l'usage des pesticides tels que le glyphosate ou la réforme de la chasse, a préféré jeter l'éponge.

Publicité

Ce jeudi 30 Août, 10 ONG écologistes en ont profité pour publier une tribune sur France Info, dans laquelle elles demandent au gouvernement de "changer de cap" et de "rompre avec la facilité des Trente Glorieuses et des Cinquante Gaspilleuses". Ces collectifs et associations attendent une prise de conscience de la part de l'Exécutif, et souhaitent en finir avec l'industrialisation grandissante, au détriment de la sauvegarde de la planète.

Les dix organisations signataires du texte, telles que Agir pour l'Environnement, Générations Futures, France Nature Environnement ou le Réseau Sortir du Nucléaire, insistent également sur "le symbole que représente la démission surprise" de Nicolas Hulot.

Elles rappellent une nouvelle fois la nécessité de prendre en charge l'urgence climatique, ne serait-ce que pour une question d'éthique, et concluent par la célèbre phrase signée Pierre Mendès-France : "Gouverner, c'est choisir".