Coup de théâtre à l'Elysée et à Matignon. Rien ne s'est passé comme prévu. Alors qu'Emmanuel Macron attendait la démission d'Edouard Philippe pour enclencher un remaniement, procédant ainsi d'un manière très "classique", rien ne s'est passé comme prévu. Tout le monde attendait la démission du Premier ministre ce mardi dans la matinée pour qu'ensuite Emmanuel Macron choisisse son nouveau gouvernement qui aurait ensuite été annoncé par le porte-parole de l'Elysée. Mais rien de tout cela est arrivé.

Publicité
Publicité

Edouard Philippe n'a pas démissionné

Edouard Phillippe est arrivé ce mardi matin à l'Elysée. Toute la presse attendait l'annonce de sa démission puis dans la foulée l'annonce du nouveau gouvernement. Que s'est-il passé ? On ne sait que trop peu expliquer ce phénomène mais ce report de la démission du gouvernement Philippe II semble indiquer que le remaniement est plus compliqué qu'il n'y parait.

Alors que l'exécutif doit faire face à une vague de démission dans le gouvernement (Nicolas Hulot, Laura Flessel et depuis peu Gérard Collomb), il devenait urgent pour Emmanuel Macron, qui connaît une baisse importante dans les sondages, de redonner un nouveau souffle au gouvernement tout en gardant son fidèle Premier ministre.

Publicité

Un changement de programme qui pose question

Pourquoi Edouard Philippe n'a pas démissionné ? Autre réponse possible, un changement de projet pour le remaniement en en faisant un petit plutôt qu'un large comme cela était prévu à l'origine. Cette solution se solderait par un simple communiqué de presse provenant du Palais de l'Elysée donnant l'image d'un gouvernement au travail et qui est loin de perdre du temps avec ces préoccupations politiciennes explique Michaël Darmon, éditorialiste à Europe 1.

Ce changement agace cependant une grande partie de l'opposition qui s'attendait elle aussi à avoir un nouveau gouvernement dans la journée. "Le fait de ne pas avoir de ministre de l'Intérieur depuis une semaine est invraisemblable." a déclaré Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national (RN). Christian Jacob quant à lui s'enflammait dans les couloirs de l'Assemblée nationale en expliquant qu'on ne tenait pas informé les députés.

"On ne sait même pas s'il y aura des questions au gouvernement cet après-midi parce qu'on ne sait même pas s'il y aura un gouvernement !" a-t-il confié. Cette situation prouve en tout cas que le remaniement n'est pas un exercice aussi facile qu'il n'y parait.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite