Samedi 17 novembre était le jour tant attendu par une partie des Français qui se sont réunis sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines déjà pour protester contre les hausses des taxes sur le carburant. Ce samedi est le jour de la concrétisation de tous ces rassemblements numériques sur les réseaux. Aujourd'hui, les gilets jaunes passent de leur ordinateur à la rue, ce qui n'est pas sans risque.

Publicité
Publicité

Gilets jaunes contre Emmanuel Macron : une personne décède en Savoie

Le gouvernement avait prévenu et mise en garde contre les risques encourus par les manifestants, tant sur le plan juridique que sur le plan sécuritaire. "S'ils ne déclarent pas la manif, s'ils bloquent un rond-point, s'il y a un mort, [...], on sera dans des situations inextricables" avait expliqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner à la radio tout en affirmant qu'il respectait bien évidemment le droit de manifester des gilets jaunes.

Publicité

Emmanuel Macron avait déjà essayé de désamorcer la grogne en annonçant des aides.

Malheureusement, ce qui n'aurait pas dû arriver est arrivé ce matin dans l'Oise et plus précisément au niveau de Pont-de-Beauvoisin. La conductrice qui était en train d’amener sa fille chez le médecin a été prise de panique au moment où les manifestants ont commencé à taper sur la carrosserie. Cette dernière a accéléré avant de percuter une manifestante de 50 ans qui est décédée. La manifestation de Pont-de-Beauvoisin n'était pas déclarée à confirmé la préfecture.

Le ministre de l'Intérieur a aussi affirmé que son niveau d'inquiétude était au plus haut au vu de la situation parfois délicate au niveau de la sécurité.

16 personnes blessées dans les manifestations organisées par les Gilets Jaunes

Le ministère de l'Intérieur qui suit de très prêt l'évolution des événements dans toute la France a aussi affirmé qu'il y avait 16 personnes blessées dont un piéton en "état d'urgence absolue". Ce dernier s'est aussi fait percuter par une voiture qui tentait de forcer le blocage du rond-point de Tchécoslovaquie à Arras.

Un policier s'est aussi fait renverser et souffre de "contusion légère".

A la mi-journée, selon les différentes sources d'information, environ 50 000 manifestants se sont réunis dans toute la France pour dire non à l'augmentation des taxes sur les carburants et plus généralement leur colère vis à vis de la politique menée par le gouvernement et par le président Emmanuel Macron.

Publicité

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite