De nouveaux mouvements vont avoir lieu dans la maison Elyséenne. En effet, Ismaël Emelien, le conseiller spécial d'Emmanuel Macron, a annoncé dans un entretien au « Point » qu'il démissionnera bientôt de l’Élysée. Un départ qui sera effectif fin mars-début avril. Ce très discret conseiller du président l’est devenu un peu moins, quand son nom est apparu plusieurs fois dans l’affaire Benalla.

Officiellement, c’est un départ pas une démission, ni une mise à l’écart

Comme on peut s’y attendre, la raison officielle évoquée est tout autre.

Publicité

Il s’agit d’une part, d’assumer la sortie d’un livre sur le progressisme qu'il co-signe avec une autre personne qui gravite dans l’entourage du Président, le normalien David Amiel. A ce propos, Ismaël Emelien, rappelle qu’Emmanuel Macron a interdit à ses conseillers de publier pendant qu'ils sont en poste à l'Élysée. D’autre part, le conseiller de l’ombre dit vouloir retrouver le terrain. Il se veut un chantre du progressisme et veut en quelque sorte prêcher la bonne parole et défendre ses convictions, que ce soit en France ou à l’étranger.

Avec le départ d’Ismaël Emelien, c’est un fidèle de la première heure qui prend de la distance avec le président. Ce jeune homme de 31 ans avait rejoint Emmanuel Macron quand celui-ci est devenu ministre de l'Economie. Auparavant, il était un étudiant à Sciences Po quand il a rejoint l’équipe de campagne de Dominique Strauss-Kahn, pour la primaire socialiste de 2006. La rencontre entre lui et Macron se situe en 2009 à la Fondation Jean Jaurès. Celui qui est devenu Président le recrute comme conseiller en stratégie et communication en 2014.

Publicité

Ismaël Emelien démissionnera de Bercy pour rejoindre « En marche ! » avant même le départ de son patron du gouvernement pour préparer le terrain. Il sera l'un des piliers de l’équipe de la campagne présidentielle. Si sa présence est discrète, elle sera importante, même si dans les réunions à l’Elysée, il se tient presque toujours discrètement en bout de table. Ses remarques souvent laconiques prennent souvent la forme de décisions.

Un départ qui prend place dans une réorganisation globale de l’équipe de l’Elysée

Il est assez classique que les équipes se renouvellent durant un mandat présidentiel. Nous savons que la pratique du pouvoir use et que souvent, les conseillers comme les ministres sont les fusibles classiques qui sautent lorsque la situation se dégrade.

Dans l’affaire Benalla, son nom revient un peu trop souvent, notamment dans les enregistrements publiés par Médiapart, et l’on sait que l’Elysée veut couper toutes les relations avec cette affaire.

Plus globalement, il faut bien avouer qu’il fait mauvais temps pour les conseillers du président et nous pourrions évoquer une vraie refonte et une réorganisation de l’équipe de l’Elysée. En effet, ce départ s’ajoute à celui du conseiller communication Sylvain Fort, ainsi que celui du conseiller politique Stéphane Séjourné, sans oublier la conseillère communication internationale Barbara Frugier.

Publicité