Arnaud Beltrame est un héros. « Héros », voilà le mot qui est le plus revenu ce mercredi à l'occasion de l'hommage national accordée au lieutenant-colonel, mais aussi aux autres victimes de Redouane Lakdim lors de l'attentat de Trèbes, dans l'Aude, survenu vendredi dernier. Une cérémonie qui a débuté dès 10 heures du matin, avec une minute de silence observée dans de nombreux lieux publics, dont, évidemment, les gendarmeries. Un hommage qui s'est ensuite poursuivi avec l'arrivée du cortège funéraire aux Invalides. Malgré la pluie, des centaines d'anonymes ont tenu à faire le déplacement pour rendre hommage à Arnaud Beltrame et à son courage.

Dans l'enceinte des Invalides, cet hommage a également attiré l'ensemble de la classe politique. Emmanuel Macron bien sûr, ainsi que l'ensemble de son gouvernement. Mais aussi Nicolas Sarkozy et François Hollande, anciens chefs de l’État. Sans oublier des sénateurs, des parlementaires, mais également les responsables politiques de l'opposition : Laurent Wauquiez (Les Républicains), Marine Le Pen (Front National) ou encore Jean-Luc Mélenchon (France insoumise). L'Elysée avait annoncé avoir invité 1200 personnes pour cet hommage national dont, évidemment, les familles des victimes de l'attentat.

Promu colonel à titre posthume

La présence de l'ensemble de classe politique montre d'ailleurs bien à quel point cet attentat, et l’héroïsme d'Arnaud Beltrame, ont touché et cassé, au moins provisoirement, les divisions entre les différents responsables et élus.

Investi en mai dernier, Emmanuel Macron, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe et du Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a lui vécu son premier attentat en tant que chef de l’État. Son émotion était donc palpable ce mercredi, au moment de prononcer l'éloge funèbre dans la cour des Invalides.

Le président de la République a d'abord salué la présence de la mère et de l'épouse d'Arnaud Beltrame. Deux femmes qui ont également reçu l'admiration du grand public pour leur dignité depuis vendredi, elles qui ont tenu à souligner à quel point Arnaud Beltrame était un homme bon. Un peu avant midi, le cercueil d'Arnaud Beltrame a fait son entrée dans la cour des Invalides.

Promu au grade de colonel et commandeur de la Légion d'honneur, Arnaud Beltrame a été salué par Emmanuel Macron lors de l'oraison funèbre. Le président de la République a d'abord tenu à rendre hommage aux autres victimes, parlant même de « nos morts ».

L'émouvant hommage d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a évoqué le fait que la vie de l'otage « comptait pour Arnaud Beltrame », ce qui a motivé son engagement et sa décision d'échanger sa place, vendredi dernier. Le chef de l’État évoque « une grandeur qui a transcendé la France » concernant le courage du lieutenant-colonel. « Il a été fidèle à lui-même, à ses valeurs, à ce qu'il a toujours été ». Arnaud Beltrame avait rendez-vous « avec sa vérité d'homme, de soldat, de chef » vendredi dernier, à Trèbes.

Un hommage particulièrement émouvant de la part du président de la République, qui témoigne du profond respect de la Nation pour le courage d'Arnaud Beltrame. Pour rappel, Redouane Lakdim a attaqué le supermarché Super U de Trèbes, petite ville de l'Aude, vendredi dernier. Alors que le terroriste retenait plusieurs personnes en otage, Arnaud Beltrame a offert d'échanger sa personne contre une otage, une offre acceptée par le terroriste. Arnaud Beltrame a ensuite tenté de désarmer Redouane Lakdim, sans succès. Touché à plusieurs reprises par le terroriste, le lieutenant-colonel a succombé à ses blessures quelques heures plus tard.

Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!