Depuis le mois d'août dernier, un nom retentit chaque semaine dans les médias français : Nordahl Lelandais. En effet, le jeune homme présumé coupable dans l'affaire de la disparition de la petite Maëlys vient encore une fois faire parler de lui. Hier, jeudi 29 mars, Lelandais a été entendu sur les circonstances de la mort d'Arthur Noyer, un jeune caporal de 24 ans, disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 près de Chambéry (Savoie).

Septembre 2017 : le crâne d'Arthur Noyer est identifié

Placé en détention dans l'unité hospitalière de la prison de Lyon-Corbas pour avoir tué "accidentellement" Maëlys, Nordahl Lelandais s'est rendu au palais de justice dans la matinée du 29 mars.

A 14 heures, des policiers armés et plusieurs fourgons l'ont rejoint pour ensuite le conduire sur hauteurs de Cruet, lieu où le crâne d'Arthur Noyer a été retrouvé en septembre dernier. On ignore encore ce qui a motivé les gendarmes a retourné sur les lieux avec le présumé coupable de la disparition du caporal.

En effet, Lelandais est soupçonné du meurtre du caporal Arthur Noyer. Dans la soirée du 11 avril 2017, Arthur Noyer débute la soirée dans un restaurant de Chambéry, puis poursuivra jusqu'à 1h20 dans trois bars situés dans le quartier du Carré Curial. Ensuite, le caporal décide de finir la nuit dans une boîte de nuit qu'il quittera à 2h03 précisément, mas restera aux alentours jusqu'à 2h48.

En quittant la discothèque, le jeune fêtard de 23 ans se rend à pieds et seul vers son domicile. Selon les enquêteurs, son téléphone portable "a borné" à trois endroits différents en l'espace de dix minutes. La vitesse du signal indique donc qu'Arthur était à bord d'un véhicule, et non plus à pieds.

Nordahl Lelandais comme principal suspect

Lorsque Nordahl Lelandais a avoué le meurtre de Maëlys, les gendarmes se sont penchés sur l'affaire de la disparition d'Arthur Noyer et mis en corrélation l'emploi du temps de l'ancien maître-chien et du caporal cette nuit-là. Après une enquête poussée, les enquêteurs s’aperçoivent que les téléphones du meurtrier de Maëlys "bornent" eux aussi aux mêmes endroits.

Le lendemain matin, le caporal ne se présente pas au 13e Bataillon de Chasseurs Alpins. Alertés par ses collègues, les gendarmes ouvrent une enquête pour "enlèvement et séquestration". Le 7 septembre 2017, un promeneur de Montmélian retrouve un crâne qui a été rapidement identifié comme celui appartenant à Arthur Noyer. Entendu le 5 février sur ce dossier, Lelandais avait reconnu avoir pris en stop le militaire ce soir-là, mais a nié être impliqué dans le meurtre.

Dans l'après-midi du jeudi 29 mars, la juge d'instruction, les enquêteurs, le principal suspect et son avocate se sont rendus plus de deux heures et demi à Cruet, une petite commune proche de Montmélian, lieu où a été retrouvé le crâne de la victime.

Ce déplacement inattendu avait été tenu secret jusqu'ici. Selon les informations du Parisien, l'homme de 35 ans aurait, suite à ce déplacement, avoué être l'auteur du meurtre d'Arthur Noyer sans livrer plus de détails dans les faits. Tout comme dans l'affaire Maëlys, l'ancien maître-chien dans l'armée avoue une fois au pied du mur, mais ne fournit aucune explication. Pour rappel, une fois que toutes les preuves accablantes ont été réunies pour l'accuser du meurtre de la petite fille disparue en août 2017 lors d'une fête de mariage en Isère, Lelandais a avoué avoir tué Maëlys "accidentellement".

Les enquêteurs travaillent actuellement sur au moins quatre ou cinq autres affaires, où l'on pense que Nordahl Lelandais est peut-être impliqué.

Avons-nous à faire à un véritable tueur en série ?

Ne manquez pas notre page Facebook!