Publicité
Publicité

La réaction d'Emmanuel Macron était forcément très attendue. Quelques heures après la démission surprise de Nicolas Hulot du gouvernement, le chef de l’État a assuré que son désormais ex-ministre est ' un homme libre '. Emmanuel Macron s'est exprimé sur le sujet alors qu'il était en déplacement au Danemark afin de défendre sa grande réforme de l'Union européenne. Même si le départ de Nicolas Hulot fût forcément une surprise pour le président de la République, ce dernier n'a affiché aucune amertume, assurant que ' en 15 mois, ce gouvernement a fait plus que n'importe quel autre ' sur le sujet de l'écologie et de l'environnement.

Publicité

' Je souhaite toujours pouvoir compter sur son engagement, sous une autre forme, là où il sera ', a ajouté Macron, qui souhaite toujours collaborer avec l'ancien animateur télé. Preuve qu'entre les deux hommes, malgré cette démission, le respect mutuel demeure toujours important. Mardi matin, au micro de France Inter, Nicolas Hulot avait d'ailleurs assuré avoir une profonde admiration pour le président de la République, mais aussi pour le premier ministre. Édouard Philippe, comme Emmanuel Macron, a lui aussi salué le travail effectué par Nicolas Hulot durant plus d'un an au sein du gouvernement.

Des membres du gouvernement stupéfaits

Si l'exécutif se montre jusque-là plutôt conciliant avec Nicolas Hulot, toujours aussi populaire auprès des Français, suite à sa décision surprise, ce n'est pas forcément le cas de la majorité. Ainsi, qu'ils soient parlementaires ou membres de gouvernement, ils se sont succédé dans les médias afin de faire part de leurs regrets... voire plus. ' Je regrette un manque de courtoisie envers Emmanuel Macron ', a ainsi confié Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, au micro de RMC et BFM TV.

Publicité

Pour rappel, Nicolas Hulot n'a pas prévu le président de la République de sa décision. Le désormais ex-ministre a confié sur France Inter que s'il l'avait fait, le chef de l’État aurait sûrement tenté de l'en dissuader. ' C'est une plaisanterie ? ', a même lancé Marlène Schiappa, sur l'antenne de France Culture, en apprenant la nouvelle. Si c'est donc la stupéfaction qui a dominé le matin même de cette annonce surprise, la majorité s'est ensuite vite reprise pour épargner le président de la République et lancer quelques petites piques à destination de Nicolas Hulot.

Macron affaibli selon l'opposition

Forcément, cette démission surprise de Nicolas Hulot fait les choux gras de l'opposition, qui y voit le symbole d'une majorité fragilisée. L'ancien ministre ' met le doigt là où ça fait mal ' pour Marine Le Pen, qui n'a pas hésité à tweeté peu après cette annonce intervenue, fait rare, sur les ondes radiophoniques. Pour le Rassemblement national, cette démission porte tout simplement un coup très dur à la présidence d'Emmanuel Macron. Président des Républicains, Laurent Wauquiez a lui assuré sur RTL qu'il pouvait comprendre le choix de Nicolas Hulot, assurant que le désormais ex-ministre se sentait sans doute trahi par le président de la République, comme une majorité de Français.

Publicité

Jean-Luc Mélenchon va même plus loin et explique qu'il s'agit ' d'un vote de censure contre Macron '. Le leader de la France insoumise s'est exprimé sur Twitter, comme une bonne partie de la classe politique, qui a trouvé là un nouveau sujet autour duquel débattre pour tenter d'affaiblir Emmanuel Macron, plusieurs semaines après l'affaire Benalla. Quant à l'identité du remplaçant de Nicolas Hulot, il faudra sans doute attendre encore un peu, puisqu'un remaniement est évoqué pour les prochains jours, voire la semaine prochaine.