Emmanuel Macron l'a annoncé lors de son "adresse à la nation", le SMIC augmentera de 100€ l'année prochaine. Or, en réalité, c'est la prime d'activité qui sera réévaluée comme l'a annoncé Edouard Philippe. Le Premier ministre qui est en charge de mettre en musique les annonces faites par le Président s'est exprimé ce matin afin de faire la lumière sur ces différentes annonces. Dans un entretien accordé aux Echos, le Premier ministre reconnaît des "erreurs" dans la façon dont le gouvernement à gérer la crise des gilets jaunes.

Publicité

Gilet Jaune : une augmentation de la prime d'activité annoncée

Emmanuel Macron dans son allocution télévisée du 10 décembre avait annoncé que le SMIC augmenterait de 100€ dès l'année prochaine. Edouard Philippe a expliqué que ce montant était en réalité dû à la somme de deux augmentations bien distinctes. Tout d'abord, la revalorisation automatique du SMIC qui augmentera donc de 23 euros en janvier 2019. Il faut ensuite ajouter à cette revalorisation automatique, une hausse de la prime d'activité dont le montant n'est pas encore connue mais qui devrait se trouver aux alentours des 80€ afin d'obtenir la fameuse augmentation de 100€.

Cette prime d'activité sera versée "dès le 5 février" a annoncé le locataire de Matignon, afin de compléter le salaire du mois de janvier. De plus, cette prime sera élargie à 5 millions de foyer (contre 3.8 millions de foyer actuellement). Le Premier ministre a affirmé que beaucoup de personne qui pourraient avoir cette prime n'en font pas la demande et qu'il faudrait, dans les années à venir, qu'elle soit plus "lisible et automatique".

Tous les Smicards ne toucheront pas cette prime d'activité annonce Philippe

Le Premier ministre a aussi précisé dans son entretien les modalités d'obtention de cette prime d'activité qui est calculée sur les revenus du foyer et non pas sur les revenus personnels.

Publicité

Aujourd'hui, cette prime s'adresse aux personnes touchant entre 0,5 et 1,2 fois le SMIC. Pour illustrer ses propos, Edouard Philippe explique "tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu’à 1.560 euros net de revenus".

Cependant, toutes les personnes au SMIC ne toucheront pas cette prime d'activité. En effet, "1,2 million de salariés autour du SMIC se trouvent dans les 30 % des foyers français les plus aisés." a affirmé le Premier ministre, confirmant ainsi que son but était d'augmenter le pouvoir d'achat des classes moyennes, comme l'on "demandé les gilets jaunes" a-t-il ajouté.