Publicité
Publicité

La nouvelle affaire Benalla est mal venue pour l'Elysée et Emmanuel Macron alors que le Président continue de faire face au mouvement des gilets jaunes qui organise son acte VII ce samedi 29 décembre. Les révélations faites par Le Monde [VIDEO] suite au voyage d'Alexandre Benalla au Tchad quelques jours avant la visite présidentielle dans ce même pays auprès des militaires français de l'opération Barkhane continuent d'ébranler le pouvoir exécutif. Après avoir appris que l'ancien chargé de mission avait rencontrer le frère du président tchadien lors de sa visite, de nouvelles informations affirment qu'il a utilisé deux passeports diplomatiques. Or, lors de son interrogatoire devant la commission d'enquête du Sénat, Alexandre Benalla [VIDEO] avait affirmé les avoir laissés "dans [son] bureau à l'Elysée".

Affaire Benalla : l'Elysée n'aurait pas été au courant de la possession des passeports

Suite à ces nouvelles informations sorties dans la presse nationale, le palais présidentiel a répondu dans un communiqué qu'il ne disposait à "ce stade d'aucune information remontée par les services de l'Etat concernés sur l'utilisation par M. Benalla des passeports diplomatiques qui lui avaient été attribués dans le cadre exclusif de ses fonctions à la présidence de la République".

Alexandre Benalla selon Mediapart ne s'en serait pas servi uniquement pour rentrer au Tchad mais aussi dans d'autres pays africains et même en Israël.

Le palais de l'Elysée renvoie la faute au ministère des affaires étrangères à qui il avait été confié la tâche suite au licenciement pour motif disciplinaire d'Alexandre Benalla "de procéder aux démarches nécessaires" afin qu'il ne puisse plus utiliser lesdits passeports diplomatiques pour des raisons personnelles.

Advertisement

Le Quai d'Orsay réagit aux attaques de l'Elysée

Le ministère des affaires étrangères n'est pas resté muet face à ses accusations venues du plus haut sommet de l'Etat. En effet, le Quai d'Orsay, lui aussi dans un communiqué a affirmé avoir demandé à plusieurs reprises à l'ancien chargé de mission de rendre ses passeports diplomatiques "qui lui avaient été attribués dans le cadre exclusif de ses fonctions" lorsqu'il était chargé de mission d'Emmanuel Macron comme le confirme l'Elysée.

Suite à ces nouveaux rebondissements, le ministère des affaires étrangères a fait appel au procureur de la République afin que la lumière soit faite sur cette histoire qui touche encore un peu plus Emmanuel Macron.