Mauvaise surprise ce matin à la maison des examens d'Arcueil (dépendante de l'université de Nanterre) pour les étudiants de droit et de sciences politiques. Ces derniers auraient dû passer dès 9 heures ce matin leurs épreuves mais ils en ont été empêchés. Entre 50 et 100 bloqueurs sont venus très tôt dès ce matin, 7 h 30, pour venir bloquer la maison des examens. Ce blocage fait suite à la décision de l'assemblée générale de l'université qui a voté le lundi 7 mai le blocage illimité de l'université.

Université : les examens empêchés par les étudiants grévistes

Alors que le blocage de l'université doit désormais se faire de manière illimitée suite à la décision de l'Assemblée générale, les examens avaient déjà été délocalisés dans une autre partie du Val-de-Marne afin qu'ils puissent avoir lieu.

C'était sans compter sur la détermination des bloqueurs qui se sont réunis ce matin devant le centre d'examen. Alors qu'ils étaient une centaine à 7 h 30, leur nombre à doublé passant à 200 en milieu de matinée.

Les étudiants bloqueurs se sont en effet fait rejoindre par les cheminots et des postiers qui sont eux aussi en grève, donnant un certain goût de convergence des luttes à ce blocage. Ils répondaient ainsi au message du comité de mobilisation de la fac de Nanterre : "tous ceux qui aujourd’hui défendent le droit de grève, les étudiant.e.s, les enseignant.e.s, les postier.e.s, les cheminot.e.s, les salarié.e.s, les chômeurs et chômeuses". Les conducteurs de RER semblaient eux aussi en accord avec le rassemblement devant le centre d'examens puisque certains klaxonnaient au passage des étudiants bloqueurs.

Une intervention policière a débloqué la situation

Cependant, les bloqueurs ne seront pas restés très longtemps tranquilles. Une délégation de CRS est venue les déloger rapidement. Ainsi, il y a eu plusieurs coups de matraque donnés et des bombes lacrymogènes ont été lancées dans le rassemblement afin de le disperser.

Les CRS ont ensuite formé un cordon sanitaire autour de la maison des examens afin de protéger celle-ci et les étudiants. Ces derniers étaient placés de l'autre côté de la route afin d'éviter les violences entre les deux groupes.

Les étudiants n'ont donc pas pu passer leur examen dès 9 heure. L'université de Nanterre a donc annoncé que ces épreuves seront reportées, un coup dur pour les étudiants qui avaient ardemment révisé leurs épreuves.

D'après le ministère de l'Éducation nationale, il reste aujourd'hui 2 universités bloquées, celles de Nanterre et de Rennes. Le gouvernement quant à lui ne semble pas vouloir flancher sur le sujet continuant sa réforme.

Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!