Encore un nouveau rebondissement dans l'affaire Nordahl Lelandais. L'assassin présumé de la petite Maëlys De Araujo et d'Arthur Noyer fait encore parler de lui pour une histoire tout aussi sordide que les deux précédentes. L'homme est aujourd'hui soupçonné d'agression sexuelle sur une fillette de 7 ans, une cousine de sa famille. Nordahl Lelandais a été extrait de sa cellule de l'hôpital de Bron (Rhône) ce mercredi 6 juin, aux environs de 10 heures du matin, puis conduit sous escorte jusqu'à son domicile en Savoie, où vivent toujours ses parents.

Une semaine avant le meurtre de Maëlys

Après avoir exploiter le téléphone portable de Nordahl Lelandais, dans le but d'obtenir de nouveaux éléments sur les précédents meurtres, les enquêteurs ont mis la main sur une vidéo suspecte. En effet, cette vidéo montre une fillette en train de subir des attouchements sexuels de la part d'un homme qui pourrait bien être l'assassin de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, disparu le 12 avril dernier à Chambéry en Savoie, dont il a avoué les meurtres. Selon les sources proches du dossier, la fillette serait un membre de la famille de Nordahl Lelandais, une cousine âgée de moins de 7 ans.

A priori, cette vidéo a été enregistrée au domicile de Nordahl Lelandais une semaine avant l'enlèvement de Maëlys De Araujo, dans la nuit du 26 au 27 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait bien du tueur en série.

Nordahl Lelandais n'a toujours pas été interrogé

Après expertise de la vidéo, la petite cousine de celui qui a tué "accidentellement" Maëlys a été abusée chez les parents de Nordahl Lelandais au moment des faits.

Originaire du Gard, la fillette et ses parents étaient en week-end chez les Lelandais à Domessin (Savoie) en août dernier. Extrait de sa cellule à l'hôpital de Vinatier pour se rendre sur place afin de répondre aux questions des enquêteurs, l'ancien maître-chien n'a pas encore été confronté à la vidéo, ni interrogé à l'heure où nous écrivons ces lignes. Un important dispositif a été mis en place par la gendarmerie afin de bloquer tous les accès menant au domicile des Lelandais.

La perquisition s'est terminée vers 13h00. Joint pas BFMTV, son avocat n'a pas souhaité commenter ce nouveau rebondissement.

Des images pédopornographiques retrouvées

Une source judiciaire avait révélé mi-mars que Nordahl Lelandais avait consulté des sites pédopornographiques quelques heures avant et après la mort de la petite Maëlys âgée de 9 ans. En effet, selon les enquêteur, les connexions internet depuis son téléphone portable sont formelles, l'ex-militaire serait bel et bien un pervers sexuel et un pédophile. Nordahl Lelandais a avoué les meurtres de Maëlys le 14 février dernier et d'Arthur le 30 mars, avant de conduire les enquêteurs sur la trace des ossements de ses victimes.

Pourtant, l'homme à la personnalité inquiétante mis en examen pour ces deux derniers meurtres assure "aimer les enfants et les animaux". Face médecins, aux mois de mars et avril, Nordahl reconnait avoir tué la fillette à coups de poing comme s'il n'était qu'un simple spectateur, "comme dans un jeu vidéo" : "Tout à coup, je suis sorti de mon corps, (...) j'entendais des voix" a-t-il déclaré. Une psychose qui l'aurait une nouvelle fois hantée pendant le meurtre d'Arthur Noyer : "Comme pour Maëlys, ce n'était pas moi. Je veux être libérer de cette méchante personne !"

Nordahl Lelandais doit être entendu de nouveau par les juges de Grenoble en début juillet.

Mais cette affaire d'agression sexuelle sur sa jeune cousine de moins de 7 ans risque d'aggraver la peine du tueur en série. Fragile psychologiquement, il est toujours détenu dans l'unité spéciale d'un l'hôpital psychiatrique dans le Rhône.

Ne manquez pas notre page Facebook!