Dans un suspense insoutenable et une euphorie irrésistible à l’arrivée de la Mass start masculine ce matin à Pyeongchang, Martin Fourcade [VIDEO], porte drapeau de la délégation française en ces Jeux olympiques organisées en Corée du Sud, s’est en effet imposé d’un cheveu devant l’Allemand Simon Schempp.

Après une course particulièrement serrée de bout en bout (faut-il rappeler que cette course n’est pas forcément celle que le biathlète français affectionne le plus), l’Allemand et le Français nous ont embarqué dans un sprint haletant avec des jets de skis si maîtrisés après la ligne d’arrivée, qu’ils ont dû être départagés au visionnage de la « photo finish ».

Encore fort de son humilité de champion qui le caractérise, Fourcade confiait d’ailleurs en zone mixte être encore étonné de monter sur la plus haute marche du podium. Il garda d’ailleurs longtemps cet état second d’interrogation tant il croyait avoir jeté ses skis derrière l’Allemand. Jusqu’à ce qu’il tombe dans les bras de l’Allemand qui le félicita pour sa performance de 7/10ème de seconde d’avance seulement. Au final après avoir confirmé qu’il était « stone » et en attente d’un résultat définitif, Martin Fourcade a bien conforté ce deuxième titre olympique à Pyeongchang après celui glané en poursuite de biathlon ! D’ailleurs l’Histoire est encore plus belle et savoureuse lorsque l’on sait que le Norvégien Emil Svendsen qui termine ici à la 3ème place du podium à plus de 11 secondes, l’avait battu dans les mêmes circonstances il y a 4 ans à Sotchi pour 3 petits centimètres !

Un biathlète à la démesure des géants d’Hiver…

Le biathlète pyrénéen ne finit plus de nous procurer de si grandes émotions pour un sport que l’on a appris à redécouvrir avec notamment son talent et sa bonne humeur et ne cessera d’accumuler les consécrations.

Car désormais, il devient le sportif français le plus titré des Jeux d’Hiver en dépassant un certain… Jean-Claude Killy (3 médailles d’or aux JO de Grenoble en 1968). Il offre ainsi à la France la possibilité de remonter provisoirement dans le tableau des médailles au 8ème rang en allant chercher cette 10ème médaille pour le clan tricolore. Il s’agit d’ailleurs de la 4ème breloque dorée après celles glanées avec brio par Perrine Laffont au ski de bosses, Fourcade lui-même en poursuite de biathlon et Pierre Vaultier [VIDEO], que l’on compare affectueusement tennisman serbe Novak Djokovic en snowboard cross.

Mais son exploit dépasse encore plus le cadre de son sport puisque dorénavant, le français est à égalité avec deux escrimeurs qui ont eux aussi brillé avec 4 titres olympiques chacun lors des JO d’Eté : Lucien Gaudin et Christian d’Oriola. Ainsi s’il venait à dépasser, ce qui est fort probable, ce record qu’il co-détient avec ces deux fleurettistes de talent, il pourrait figurer dans le panthéon du sport français et devenir le sportif français le plus titré de toute l’histoire des Olympiades (Hiver et Eté confondues).

Martin Fourcade, vers l’infini et au-delà ?

Malgré des débuts olympiques mitigés avec un sprint raté (remporté par l’Allemand Arnd Peiffer), une poursuite maîtrisée de bout en bout (gagné en un peu plus de 32 minutes devant le suédois Samuelsson et l’Allemand Doll) et une épreuve individuelle décevante (termine à la 5ème place derrière notamment un des favoris norvégiens Johannes T. Boe, vainqueur, qui accumulait jusque-là des contre-performances vu le statut qu’il avait conquis en remportant le Petit Globe et de multiples titres lors de la dernière Coupe du monde de biathlon), le pyrénéen catalan s’est refait une santé avec toujours la même jubilation après la victoire. Mais la question se pose : jusqu’où peut-il aller sur cette chevauchée fantastique ?

En effet si Fourcade a déjà gagné deux titres olympiques et battu le record de J.-C. Killy, il lui reste encore deux courses à aller chercher pour finir en beauté ces JO de Pyeongchang dont le relais Hommes très attendu, prévu pour vendredi prochain…