Sixième président de la Vème République Française, il est élu en 2007 pour un mandat de 5 ans. En 2012, il a été battu par François Hollande. S'il avait annoncé sa retraite politique après cet échec, il est actuellement candidat aux élections de 2017, où il tentera de récupérer sa place face à son adversaire de gauche et des représentants d'autres partis comme Marine Le Pen.

D'origine hongroise, Nicolas Sarkozy nait le 28 janvier 1955. A 18 ans, il parvient à obtenir un bac économique et social. Membre de l'Union des Jeunes pour le Progrès, puis de l'Union des Démocrates pour la République, il est partisan de Jacques Chaban-Delmas, alors en pleine campagne présidentielle. Il se lance dans des études de droit à l'actuelle Université Paris Ouest Nanterre La Défense et finit par devenir titulaire d'un master en droit privé. Dans le même temps, il représente son parti politique au congrès de Nice pour tenter d'obtenir le soutien de Valery Giscard d'Estaing ; il attire l'attention de gens comme Jacques Chirac. En 1979, un diplôme d'études en sciences approfondies vient compléter ses récompenses scolaires. Il a officiellement le droit d'exercer la profession d'avocat en 1980.

Il démarre dans ce métier comme assistant de Guy Danet et cherche déjà en parallèle à se tracer une voie le menant à l'Elysée Aussi, membre du Rassemblement Pour la République, il est aux côtés d'Achille Peretti à la mairie de Neuilly-sur-Seine jusqu'à la mort de celui-ci, en1983. Et plutôt que d'aider un candidat plus expérimenté à monter sa campagne, il prend sa place, marquant le premier coup d'éclat de sa carrière politique. Il fonde en 1987 son propre cabinet d'avocat, alors que l'année suivante, il devient député. Il s'octroie des clients ayant une place relativement importante dans l'échelle sociale.

En 1988, se placer du côté de Jacques Chirac face à François Miterrand lui permet, malgré la victoire de la gauche, de rencontrer Edouard Balladur, qui l'emportera avec lui lors de la cohabitation de 1993. Ministre du budget comme porte-parole du gouvernement, il met en place les réformes économiques qui dresseront les axes de la vie française au vingt-et-unième siècle, en s'inspirant de son expérience d'avocat, mais il doit aussi faire face à l'affaire de l'Human Bomb, preneur d'otages d'une école maternelle, avec qui il parviendra à négocier.

Dans la rivalité opposant Balladur et Chirac, il choisit le camp du premier. Mais c'est le second qui devient président de la République. Nicolas Sarkozy, s'il est tout de même recruté par le premier ministre Alain Juppé, il est traité en paria par ses pairs et se concentre sur sa profession d'avocat. Cette période assez sombre de sa carrière, où il ne parvient même pas à diriger le RPR l'a sans doute poussé à soutenir Jacques Chirac aux élections de 2002. Ministre de la sécurité intérieure et des libertés locales sous Raffarin, il met en place un régime strict au nom de la sécurité. Il retourne ensuite à l'économie dans le but de combler le déficit français.

Le 28 novembre 2004, il devient président de l'Union pour la Majorité Présidentielle et s'engage dans une course très claire à la présidence de la France. « Travailler plus pour gagner plus », tel est son slogan, sa philosophie, qui lui permet en 2007 d'être élu président, battant Ségolène Royal.

Différents choix politiques, liés à sa propre manière de voir les choses, similaires aux lois qu'il a mises en place alors qu'il n'était que ministre font croitre comme baisser sa popularité. Ce sont véritablement des affaires économiques, comme son implication dans le financement de Kadhafi ou l'abus présumé des biens de Liliane Bettencourt qui le décrédibilisent et le mène en 2012 à une défaite face à François Hollande.

Retiré un temps de la vie politique et de l'UMP elle-même, les tensions au sein de son parti - comme les différentes oppositions récurrentes entre François Fillion et Jean-François Coppé, l'évocation du trucage des votes - le poussent à revenir. En 2014, il reprend les rênes de l'Union pour la Majorité Présidentielle et compte bien faire de même avec l'Elysée en 2017.